Présentation du projet de recherche BIM2 2019-2021

Suite à une circulaire diffusée en février 2019, le projet BIM a été renouvelée pour l’année 2019-2020. Cette recherche-action a alors pour intérêt d’explorer, de poursuivre et approfondir les travaux de 2015 à 2017. L’étude renouvelée s’intéresse alors non plus à l’approche, à l’adoption et à la traduction de l’objet BIM en tant qu’un « tout », c’est-à-dire la maquette numérique, la méthodologie, l’idéologie et les outils associés mais aux phénomènes et stratégies d’intégration du BIM dans les organismes de logements sociaux.

Alors, à partir des résultats de l’étude précédente, les chercheurs du laboratoire PREFics abordent à présent le BIM en cours d’adoption et d’intégration dans les organismes. Six organismes ont été choisi suite à un appel d’offre publié lui aussi en début d’année 2019 à travers cinq axes de questionnements. Ils font l’objet d’observation dirigée par l’équipe de chercheurs du PREFics, des entretiens semi-directifs sont réalisés avec la maîtrise d’ouvrage et les acteurs de la maîtrise d’œuvre, aussi, les chercheurs assistent également à des réunions tenues par l’organisme. Cela permet d’observer les interactions, les confrontations, les adoptions et les difficultés auxquelles sont confrontés les organismes dans l’intégration du BIM. Il s’agit alors d’un véritable enjeu qui porte sur la conduite du changement. Comment gérer et mettre en sens la transition en cours ?

Ensuite, le projet de recherche croise alors l’analyse des processus organisationnels et pratiques professionnelles, ces derniers étant profondément affectés par les évolutions en marche. Le projet de recherche a débuté en juin 2019 et se termine en mai 2020. Les chercheurs accompagnent les organismes participant pour un suivi approfondi et poussé afin de pouvoir analyser et définir les phénomènes organisationnels qui se produisent dans ces organismes.

Le choix des organismes résulte d’une concertation entre l’équipe de chercheurs et l’Union Sociale pour l’Habitat. Les critères de sélection se reposaient sur la qualité des réponses et questionnements formulés dans leur note d’intention, le degré d’avancement dans leur démarche BIM ainsi que les partenariats pour les projets engagés. Les organismes indiquaient alors les axes sur lesquels ils travaillent ou souhaitent travailler, les raisons de leur choix ainsi que les projets en cours.

L’appel à projet s’adressait aux organismes HLM engagés dans une opération de logements faisant appel aux technologies numériques pour la conception et la réalisation, que ce soit pour des projets de bâtiments neufs ou de la réhabilitation, en locatif ou en accession.

Voici les cinq axes abordés dans la recherche :
– Comment développer une culture BIM dans tous les métiers de la construction et de la réhabilitation ?
– Quels sont les apports et les limites du modèle graphique ?
– Comment les pratiques BIM se développent-elles ou pas au niveau du chantier ?
– Comment les habitants sont-ils intégrés à la démarche BIM ?
– Dans quelle mesure le BIM s’inscrit-il dans une stratégie numérique globale au sein des organismes Hlm ?

Le premier axe traite de la création et à l’articulation d’une « culture BIM » dans un milieu professionnel aux projets uniques, dont la construction est toujours sujet à divers aléas. Aussi, devant la pluralité d’acteurs, de métiers et de compétences, comment édifier une culture BIM partagée ? Cela soulève la question de la capitalisation des connaissances, des compétences dans un contexte d’horizontalisation du milieu et de mise en collaboration des acteurs. Alors comment articuler le BIM avec les cultures métiers existantes ? Comment envisager les identités professionnelles dans ce nouveau rapport aux autres acteurs ?

Le second axe aborde les questionnements, les désillusions, les apports et limites observés de la maquette numérique, suite à l’évangélisation de cette dernière perpétrée notamment par les éditeurs de logiciels. La maquette, ce « jumeau numérique » du bâtiment à construire ou construit instaure un nouveau rapport au projet de construction, à l’objet modélisé et l’objet physique à venir. En effet, avec les capacités de visualisation actuelles, l’illusion de réalité est palpable. Il s’agit alors de questionner le rôle de cette représentation numérique ainsi que les capacités socio-cognitives mobilisées pour l’appréhender. La maquette numérique étant potentiellement utilisable à toutes les étapes de la vie d’un bâtiment, il est intéressant alors de s’intéresser aux moments et phases elle est effectivement mobilisée.

Le troisième axe vise à analyser une phase particulièrement « opaque » dans l’intégration du BIM, le chantier. En effet, encore très peu analysé, il reste encore difficile de se rendre compte des évolutions en cours sur le chantier ni même des phénomènes d’adoption, d’appropriation et détournement. Le chantier apparaît comme une mise à l’épreuve de la maquette numérique, confrontée aux réalités et divers aléas du terrains (humains, logistiques, météorologiques, etc.). Il s’agit alors d’observer l’évolution de la maquette pendant mais aussi après la phase de chantier, est-elle « respectée », adaptée ou déclinée en fonction des métiers ou phases ? Quelles sont les innovations sociales, techniques, professionnelles ou organisationnelles qui naissent au cours du chantier ? Quelles limites et difficultés rencontrent la maîtrise d’œuvre ? Comment se matérialise le BIM sur le chantier ? Mais aussi, quels sont les usages et pratiques émergents ?

Le quatrième axe interroge l’intégration des habitants dans la démarche BIM, en effet, avec les visualisations permises par la maquette numérique et les témoins virtuels ou encore les visites 3D, ainsi que la logique collaborative, il est envisageable de faire évoluer le rôle de l’habitant. Aussi, permettre à l’habitant de devenir acteur de son logement, ce dernier pourrait devenir un « usager-locataire-habitant », cela s’inscrirait en continuité de la logique collaborative initiée par le BIM. Ces derniers pourraient participer, à leur échelle, à diverses activités en rapport au bâtiment, cela, afin de notamment renouer le lien entre le bailleur, le locataire et son habitat. Néanmoins, de nombreux questionnements émergent, comment intégrer l’habitant dans le processus de construction, réhabilitation ou rénovation ? A quel point est-il souhaitable et pertinent d’intégrer ce dernier dans ces processus ? Quel cadre donner à cette intégration ? Quels sont les apports et limites de cette démarche ? Mais aussi, comment le BIM peut impulser et outiller le développement ainsi que l’utilisation d’outils collaboratifs ou participatifs par les organismes HLM avec leurs divers partenaires ?

Le cinquième axe soulève la question des stratégies numériques pensées et mises en place par les organismes HLM. La transition numérique prend toute son ampleur dans le milieu du bâtiment, l’Internet des Objets (IoT) fait surface de ce secteur et la contrainte du numérique omniprésente. Ici, il s’agit d’observer et de questionner comment les organismes déploient des moyens pour répondre à cette problématique. Cela permet alors de constater et évaluer les enjeux qui orbitent autour du numérique au-delà des enjeux du BIM. Un intérêt particulier est adressé à la communication au sein de les organismes intimement liée à la gestion, ainsi que leurs ajustements face à l’horizontalisation des organisations survenant dans un milieu fortement cloisonné. Cela soulève des questionnements sur ces stratégies, mises en place ou envisagées, l’articulation des innovations disponibles avec le BIM mais aussi comment adapter les stratégies de communication dans un contexte de partage et échange avec l’ensemble de la chaîne des acteurs ? Comment les différentes plateformes sont utilisées et par quels acteurs ? Mais aussi, comment les organismes appréhendent les offres techniques qui leur sont proposées ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
laurad (6 avril 2020). Présentation du projet de recherche BIM2 2019-2021. Usages du BIM et formes organisationnelles. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0ow


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search